Photo du Qualys Hotel de la Paix Photo du Qualys Hotel de la Paix Photo du Qualys Hotel de la Paix Photo du Qualys Hotel de la Paix Photo du Qualys Hotel de la Paix Photo du Qualys Hotel de la Paix Photo du Qualys Hotel de la Paix Photo du Qualys Hotel de la Paix Photo du Qualys Hotel de la Paix
Langue
en de it
Acces Hotel de la Paix Brest
Accès
email Hôtel de la Paix Brest
Email
La Paix Hotel Contemporain
32, rue Algésiras - 29200 Brest
Tél. 02 98 80 12 97
Fax 09 70 61 26 31

VISITE

Retour
Les Lavoirs de Brest

Si aujourd'hui, 30 lavoirs subsistent à Brest, seuls cinq d'entre eux sont utilisés pour leur fonction première : laver du linge. Si certains sont désormais inutilisés, d'autres ont été réhabilités et ont droit à une seconde vie. Le lavoir rue Conseil a été réhabilité en juin et se veut maintenant être un lieu de vie pour les habitants et les assos du quartier. Quant au lavoir rue Saint-Malo, il accueille depuis quelques années de nombreux spectacles.

Brest, ville rasée pendant la Seconde Guerre mondiale et dont le patrimoine a complètement disparu avec les bombes alliées ? Que nenni ! « Beaucoup de gens pensent qu’il n’y a pas de patrimoine à Brest, raconte Christine Berthou-Ballo, responsable du service Patrimoines à Brest. Or, beaucoup de bâtiments datent d’avant-guerre ». Un exemple de cette trace architecturale de l’histoire de la ville ? Les lavoirs, construits, comme celui situé rue Conseil ou rue Saint-Malo, à la fin du XIXe siècle.
 
30 lavoirs à Brest
Aujourd’hui, 30 lavoirs sont répertoriés à Brest, selon le dernier recensement effectué par la Ville en 2009. « Cinq ont encore cette fonction de lavoir, précise Hervé Séguineau, directeur du service sanitaire à la Ville. Il y a le lavoir de la rue Jules-Lesven, mais aussi ceux de Kerangoff, Kerraros, Pen Ar Rhun et de la rue Brigadier Le Cann ». Fermés au public, ils sont accessibles à tous en journée. Il suffit de demander la clé aux mairies de quartier.
 
Comme le rappelle Hervé Séguineau, « il y a encore des gens qui viennent laver leur linge, mais c’est à la marge. Le lavoir situé rue Jules-Lesven est tout de même souvent utilisé. Les habitués savent qu’ils vont y retrouver des amis. C’est aussi ça, la fonction du lavoir, être un lieu de rencontre dans un quartier ». Et les autres lavoirs de Brest, que deviennent-ils ? Certains sont inutilisés, d’autres, comme ceux de Kervao à Lambézellec et square Hyppolite-Rolland, à Saint-Pierre, sont intégrés à des espaces verts et transformés en mare.
 
Des espaces culturels
Et puis, il y a ceux dont la fonction a été complètement repensée. C’est le cas des lavoirs de la rue Saint-Malo, à Recouvrance et rue Conseil, à Saint-Martin. « Au lavoir de la rue Saint-Malo, 80 femmes pouvaient laver leur linge en même temps, raconte Mireille Cann, fondatrice de l’association Vivre la rue, qui gère ce lavoir. Cela fait 10 ans que nous organisons des spectacles ici et à nos débuts, les lavandières y venaient encore ».
 
Aujourd’hui, plus question d’utiliser le lieu pour sa fonction d’origine. Le lavoir a désormais une fonction purement culturelle. Les concerts des fameuses « Petites lessives » y ont lieu pendant l’été, au même titre que des spectacles de danses et de théâtre. « Cet espace de 400 m² permet d’avoir un spectacle couvert et clos. On y a construit une scène, un bar et des toilettes pour que ça devienne un espace vraiment culturel. On va faire des travaux pour avoir un son de meilleure qualité et on espère pouvoir créer des loges dans la maison attenante au lavoir ».
 
Le lavoir rue conseil rénové
Du côté du lavoir Conseil, le PL Guérin, les habitants du quartier et la Ville ont poussé le concept encore plus loin. En juin, ce lavoir, « inutilisé depuis un demi-siècle » selon Yann Roue, animateur au PL Guérin, a été entièrement rénové. Aujourd’hui, un bassin, encore en eau, a été végétalisé. Le deuxième bassin peut lui aussi être remis en eau pour des spectacles. Une parcelle du terrain a même été aménagée en jardin partagé.
 
« L’idée est d’en faire un endroit accessible aux associations et aux habitants qui veulent organiser des événements. On a accueilli la Foire aux croûtes, Vert le Jardin y a organisé Le bal des pépins et le lieu sera ouvert tous les samedis jusqu’à la Toussaint ». « C’est super de pouvoir réhabiliter un lieu chargé d’histoire et l’utiliser pour autre chose, conclut Christine Berthou-Ballot. Le patrimoine ne doit pas rester figé, il doit être vivant ».

Source : www.septjoursabrest.fr